L'assurance vie : plus que jamais, le placement préféré des Français

Imprimer Diminuer la taille de la police Agrandir la taille de la police

Depuis le début de l’année, la collecte sur les contrats d’assurance vie se poursuit à un rythme soutenu. Quelles sont les raisons de ce succès ? Explications.

Après une année 2017 en demi-teinte, la collecte sur les contrats d’assurance vie a repris des couleurs en 2018. Et la tendance se poursuit en 2019. Sur les six premiers mois de l’année, les sommes collectées s’élèvent à 74 milliards d’euros (1). En termes de collecte nette (c’est-à-dire en tenant compte des retraits), le montant est de 15,1 milliards d’euros (1). Soit un bond de + 30 % par rapport à la même période de l’année dernière. Fin juin, les sommes placées totalisaient 1 750 milliards d’euros. Un chiffre largement supérieur au livret A et au livret de développement durable (LDD) qui atteignent 406 milliards d’euros à eux deux (2).

assurance-vie-L.jpg

 

DES AVANTAGES CONVAINCANTS

La hausse du pouvoir d’achat et la peur de l’imprévu y sont sans doute pour quelque chose. Mais ce sont aussi les avantages de l’assurance vie qui en font un placement attractif. Ils sont essentiellement au nombre de trois : sa fiscalité avantageuse (notamment en termes de succesions/transmission), sa souplesse d’utilisation et ses possibilités variées d’investissement. Sans oublier des rendements potentiellement intéressants sur le long terme.

 

 

UNE FISCALITÉ TOUJOURS PLUS PERFORMANTE

Parlons fiscalité, d’abord : c’est l’atout principal de l’assurance vie. Lorsque vous retirez votre épargne au bout de huit ans, vos plus-values ne subissent aucun prélèvement fiscal si elles sont inférieures à 4 600 € pour une personne seule, ou 9 200 € pour un couple marié ou pacsé (hors prélèvements sociaux). La réforme du prélèvement forfaitaire obligatoire (la fameuse « flat tax »), instaurée en 2017, a rendu cette fiscalité encore plus attractive pour les placements à court terme. Désormais, les épargnants qui souhaitent retirer leurs économies avant 8 ans ne sont imposés qu’à hauteur de 30 % sur leurs plus-values, prélèvements sociaux inclus (3). C’est particulièrement intéressant pour les contrats de moins de 4 ans, taxés auparavant à 52,2 %. L’infographie ci-dessous vous explique tout en détail.

 

 

UN OUTIL DE TRANSMISSION EFFICACE

Autre atout : l’assurance vie conserve un avantage indéniable en matière de transmission. En cas de décès, elle permet de transmettre son capital dans les meilleures conditions fiscales, tout en désignant son bénéficiaire. Le conjoint, marié ou pacsé, est totalement exonéré de prélèvements fiscaux. Quant aux autres personnes, elles profitent d’abattements importants. Les Français l’ont bien compris, et particulièrement les seniors puisque 62 % des 60 ans et plus détiennent un contrat d’assurance vie, d’après la Fédération française de l’assurance.

 

UN PLACEMENT SOUPLE ET ACCESSIBLE

L’assurance vie est également très souple dans son utilisation. C’est l’un des rares placements permettant de verser de l’argent à tout moment, de mettre en place des versements programmés et de récupérer des sommes en cas de besoin. Elle séduit aussi toutes les couches de la population : on trouve sur le marché de nombreux contrats destinés à une clientèle patrimoniale, et d’autres ouverts à un large public, avec seulement 50 € ou 100 € à l’adhésion.

 

 

DES POSSIBILITÉS D’INVESTISSEMENT VARIÉES

L’autre raison de ce succès est la diversité des placements possibles. L’épargnant peut en effet placer tout ou partie de ses économies sur le fonds en euros sécurisé, disponible dans tous les contrats. Mais il peut aussi les répartir sur des supports en unités de compte (en savoir plus). Ces derniers ne sont pas garantis. Mais en contrepartie, ils offrent un potentiel de rendement plus élevé sur le long terme. Disponibilité, rentabilité, fiscalité… le développement de l’assurance vie est tout, sauf le fruit du hasard !

> Découvrez l'assurance vie proposée par PRO BTP. 

(1) Sources : Fédération française de l’assurance.

(2) Source : Caisse des Dépôts.

(3) Pour les plus-values issues de versements effectués à compter du 27 septembre 2017.

 

Sur les six premiers mois de l’année, les sommes collectées sur les contrats d’assurance vie en France s’élèvent à

74 milliards d’€

Source : Fédération française de l’assurance.

infographie_contrat-assvie.jpg

EN CLAIR

Abattement : fraction du revenu qui n’est pas soumise à l’impôt.

PS : prélèvements sociaux, incluant la CSG.

Plus-value : écart positif entre le montant des versements effectués sur le contrat et le capital délivré lors du rachat de l’épargne (synonymes : revenus, intérêts).

Rachat : retrait total ou partiel de l’épargne disponible sur le contrat (capital et plus-values).

Mis à jour le 18 octobre 2019