Épargner responsable et durable avec l'assurance vie

Imprimer Diminuer la taille de la police Agrandir la taille de la police

Placer son argent tout en soutenant le développement durable, c’est possible avec l’investissement socialement responsable (ISR). Éclairage sur une forme d’épargne qui se développe.

 

À compter du 1er janvier 2020, tous les contrats d’assurance vie devront proposer un support en unités de compte socialement responsable. C’est l’une des mesures de la loi Pacte, entrée en vigueur cette année. C’est donc le bon moment pour s’intéresser à une forme d’épargne qui se développe. Entre 2017 et 2018, l’investissement socialement responsable a connu une croissance de +11 %, totalisant 149 milliards d’euros d’encours, répartis sur 488 fonds (1). Par ailleurs, en juin 2019, 56 % des épargnants disposant d'un patrimoine supérieur à 50 000 € avait entendu parler de cette forme d'épargne (contre 47 % en 2017) (2) .

web1.jpg

 

QU’EST-CE QUE L’ISR ?

 

C’est un investissement qui concilie placement financier et développement durable. La plupart des supports intègrent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, dits critères ESG (voir l’encadré). D’autres répondent uniquement à des exigences environnementales ou sociales.

 

ZOOM SUR LES CRITÈRES ESG

 

Ils sont au coeur de l’investissement socialement responsable (ISR). Les critères ESG visent à favoriser les bonnes pratiques des entreprises et à créer des impacts positifs sur le long terme pour l’ensemble de la société. Ces critères sont :

  • environnementaux : lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, meilleure gestion des déchets…
  • sociaux : amélioration des conditions de travail, formation des collaborateurs, contrôle des fournisseurs…
  • de gouvernance : transparence sur la rémunération des dirigeants, vigilance sur le nombre de femmes au sein des conseils d’administration…

 

COMMENT INVESTIR SOCIALEMENT RESPONSABLE ?

 

En plaçant son épargne sur un support en unité de compte « ISR », au sein d’un contrat d’assurance vie. Il en existe deux catégories : généralistes ou thématiques. Les fonds généralistes ou «best-in-class» incluent tous les secteurs d’activité économique. Ils permettent d’investir dans des entreprises bien notées au regard des critères ESG. Les fonds thématiques, quant à eux, sont axés sur une problématique précise : le secteur de la santé, le changement climatique, le traitement des eaux...

 

COMMENT RECONNAÎTRE LES FONDS ISR ?

 

Plusieurs labels permettent de les identifier. Créés par des organismes indépendants et fondés sur des analyses détaillées, ils garantissent la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (voir l’encadré).

 

LES PLACEMENTS SUR LES SUPPORTS ISR SONT-ILS MOINS RENTABLES ?

 

Plusieurs études montrent que ce type de placement a une rentabilité égale aux supports en unités de compte classiques. Certains experts affirment que le rendement serait même supérieur sur le long terme, sachant que les entreprises adoptant des comportements responsables ont plus vocation à durer. A contrario, celles qui ne se préoccupent pas de développement durable peuvent être sanctionnées (souvenons-nous du « Dieselgate » et de ses impacts négatifs sur Wolkswagen). Pour d’autres analystes, cela reste à prouver : les groupes pétroliers seraient plus profitables aux actionnaires que les producteurs d’énergies renouvelables.

 

EST-ON SÛR QUE LES ENGAGEMENTS DES FONDS LABELLISÉS SONT TENUS ?

 

Pour le vérifier, l’organisme ayant attribué le label ISR procède à des audits de suivis annuels. Il contrôle les établissements financiers pour déterminer si leurs règles de gestion sont conformes aux exigences souhaitées. Si l’auditeur relève des irrégularités, des mesures correctives doivent être appliquées et l’organisme certificateur procèdera à des audits supplémentaires. Si les manquements persistent, il pourra décider d’exclure l’entreprise « fautive ». La labellisation ISR n’est donc jamais acquise définitivement.

 

POURQUOI L’ASSURANCE VIE EST-ELLE BIEN ADAPTÉE POUR ÉPARGNER « RESPONSABLE » ?

 

L’assurance vie est un support d’épargne de long terme, cohérent avec l’horizon des enjeux de développement durable. Elle permet de se constituer un capital sur une période relativement longue. Sa durée est donc propice pour contribuer au développement durable en favorisant des financements à long terme.

 

COMMENT BIEN CHOISIR SON FONDS ISR ?

 

En premier lieu, déterminer dans quel domaine on souhaite réellement investir. Veut-on favoriser le développement durable au sens large ? Dans ce cas, les fonds généralistes ISR répondent au besoin. Souhaite-t-on plutôt investir dans un secteur ou une thématique précise (écologie, accès à la santé, logement social...) ? On se portera alors vers un fonds « thématique ». Ensuite, s’assurer que le support bénéficie d’un label. Enfin, consulter le Document d’informations clé (le « DIC ») qui présente des informations importantes comme le niveau de risque, les frais et l’objectif du fond.

> Découvrez l'épargne responsable et durable de PRO BTP 

(1) Source : Novethic, avril 2019. (2) Source : Étude Kantar TNS. Autres sources de l’article : Fédération française de l’assurance et Labelisr.fr

 

 

Les fonds labellisés, garanties d’investissement responsable

 

Attribués par un tiers indépendant, les labels garantissent le respect de certains critères.

 

ISR : INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

labelisr.png

Ce label rend visible les fonds conciliant performance économique et impact social et environnemental dans tous les secteurs d’activité. Il est attribué par un organisme approuvé par le Comité Français d’accréditation (COFRAC). Les fonds labellisés sont inscrits sur une liste officielle du ministère des Finances.

FINANCE SOLIDAIRE : FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOLIDAIRES D’UTILITÉ SOCIALE

finance solidaire.png

Finansol distingue les produits contribuant au financement d’activités d’entreprises non cotées en bourse et d’utilité sociale ou environnementale (accès à l’emploi, au logement, à l’agriculture biologique, aux énergies renouvelables…). Il est attribué par un comité d’experts composé de personnalités indépendantes, issues de la société civile.

TEEC : TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET ÉCOLOGIQUE POUR LE CLIMAT

transition energetique.png

Il certifie les fonds finançant des entreprises contribuant à l’économie verte et excluant celles des secteurs nucléaires et des énergies fossiles. Les fonds labellisés sont présentés sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Mis à jour le 16 octobre 2019