L’horizon s'éclaircit pour le bâtiment

Imprimer Diminuer la taille de la police Agrandir la taille de la police

La FFB anticipe une année meilleure que prévue pour le bâtiment, toujours porté par le neuf.

 

Les perspectives du secteur bâtiment sont mieux orientées que prévu. La Fédération Française du Bâtiment (FFB), lors de sa conférence de presse du 10 septembre, a revu à la hausse ses prévisions de croissance de l’activité pour 2019. Elle table désormais sur une légère progression à + 1,3 % en volume alors qu’en décembre dernier, elle prévoyait plutôt une stagnation à - 0,5 %. « 2019 se rangera parmi les bonnes années pour le secteur » a déclaré Jacques Chenut, le président de la FFB. Le niveau élevé des carnets de commande, soit près de 6,5 mois toutes tailles d’entreprises, tous territoires et tous métiers confondus, incite à l’optimisme. Et les répercussions sont positives pour l’emploi, le secteur prévoyant la création de 25 000 postes.

 

Le neuf rebondit, la rénovation stagne

 

Cette révision à la hausse est liée à une inflexion favorable dans le neuf, avec une production qui devrait terminer à + 2,5 % sur 2019 (contre - 2,0 % initialement prévu). D’une part, le secteur non-résidentiel neuf poursuit son ascension, avec des surfaces autorisées et commencées qui ont respectivement progressé de 15,6 % et de 4,7 % en glissement annuel sur 7 mois à fin juillet. Ce contexte favorable a conduit la FFB à rehausser la progression du non-résidentiel neuf à + 6,4 % sur 2019 (contre + 3,0 % initialement prévu). D’autre part, l’activité se comporte mieux que prévu dans le logement neuf. Les mises en chantier devraient atteindre 400 000 logements en 2019 et la FFB prévoit donc une production quasiment stable à + 0,2 % (contre - 4,5 % initialement prévu). Toutefois les évolutions sont contrastées, au sein du logement neuf, entre l’individuel et le collectif. Les ventes dans l’individuel diffus connaissent, en effet, un retour de la croissance à + 4,7 % en glissement annuel sur 7 mois à fin juillet. Et ce, grâce aux conditions de crédit historiquement favorables qui ont permis un retour de ménages modestes sur le marché. En revanche, la tendance est plus mitigée pour le logement collectif neuf. On assiste à un repli des permis et mises en chantier de plus de 8 % en glissement annuel sur 3 mois à fin juillet 2019. Et les mises en vente de la promotion immobilière enregistrent une chute impressionnante de - 22,1 % sur le 1er semestre. Malgré tout, les ventes résistent à - 0,7 % sur le 1er semestre et les promoteurs, interrogés par l’Insee, demeurent optimistes pour la fin d’année. À l’inverse du neuf, la situation est plus préoccupante pour les travaux de rénovation de logements, et ce, en dépit des aides à la rénovation énergétique. L’amélioration-entretien devrait terminer l’année à un niveau atone à + 0,3 % (contre + 0,5 % initialement prévu).

 

Article publié le 23 septembre 2019 - ©  Les Echos Publishing - 2019

Mis à jour le 27 septembre 2019