Femmes artisan : Andréa et Amandine, « A 2 » sinon rien !

Imprimer Diminuer la taille de la police Agrandir la taille de la police

Après neuf années passées à travailler dans la même entreprise, Andréa Boissinot et Amandine Grall ont décidé de voler de leurs propres ailes en créant leur SARL : « A 2 Décoration ». Portraits.

On dit souvent que le bonheur ne vaut que s’il est partagé. Mais est-ce aussi valable pour la liberté ? A cette question, Andréa Boissinot et Amandine Grall ont répondu oui en créant leur propre société. Il y a un an et demi, le patron qui les emploie, dans une petite entreprise de peinture en bâtiment des Côtes-d’Armor, fait valoir ses droits à la retraite. La PME est vendue à un jeune entrepreneur qui, dix jours après la transmission, décède dans un accident de moto… Les deux mères de famille se retrouvent alors sans emploi, au même titre que trois autres salariés.

Durant plusieurs semaines, elles prospectent dans leur entourage pour décrocher un entretien. Mais sans résultat. Amandine, qui attend un enfant, part en congé maternité, tandis qu’Andréa, qui vient de franchir la cinquantaine, envisage une reconversion. C’est alors que mûrit dans leur tête un projet auquel elles n’avaient pas pensé jusque-là : monter leur propre entreprise.

 

 

Andréa Boissinot et Amandine Grall ont décidé de voler de leurs propres ailes en créant leur SARL.

 

Un duo énergique

Il faut dire qu’elles forment, depuis bientôt dix ans, un duo aussi efficace que complémentaire. « Disons qu’on se complète pas mal… Je suis plus à l’aise sur la peinture des menuiseries, tandis qu’Andréa n’a pas peur de grimper sur les toits ! », plaisante Amandine. Qu’à cela ne tienne : elles entament bientôt les démarches nécessaires à la création d’une entreprise. Démarches quelque peu contrariées par la crise du Covid-19 qui vient de frapper la France, et qui, d’entretiens bancaires reportés en rendez-vous administratifs annulés, perturbe le lancement de leur activité. Il faut finalement attendre le tout début d’année 2021 pour que leur SARL voit le jour.

Pour réussir leur mise sur orbite, les deux associées comptent sur leur réseau de clients constitué au fil des années et sur le bouche-à-oreille. Elles se donnent cinq ans avant d’embaucher des employés, le temps de viabiliser l’activité.

Une protection sociale à toute épreuve

Pour ce qui est de leur protection sociale, les femmes de 37 et 51 ans continuent de faire confiance à PRO BTP, convaincues par la gamme de produits Artisans proposée par le conseiller commercial qui est allé à leur rencontre. Tandis qu’Amandine bénéficie déjà de la couverture Santé de son compagnon, qui travaille également dans le bâtiment, Andréa a opté pour la complémentaire pour elle et ses deux enfants. « Nous avons aussi prévu de souscrire un contrat de Prévoyance coups durs et Capital invalidité décès. Nous attendons pour cela de bénéficier pleinement du statut de salariées de l’entreprise, ce qui est en cours », confie Andréa, qui avoue déjà penser à sa retraite. Le duo est d’autant plus ravi de pouvoir bénéficier d’un partenaire proche de ses attentes et réactif quand le besoin se fait sentir. « Dès qu’il y a un souci, on obtient des réponses. Dans notre métier, c’est important », concluent-elles.

> En savoir plus sur la protection sociale des artisans du BTP

 

Les femmes artisans dans le BTP

> En savoir plus sur le statut de conjoint collaborateur

Mis à jour le 18 mars 2021